Savon illustré – Illustrated soap #2

Chose promise, après mon premier essai de savon illustré réalisé avec du beurre de cacao sur une feuille de papier sulfurisé, voici mon deuxième essai. Cette fois-ci j’ai opté pour de l’oxyde noir dissout dans du beurre de cacao liquide.

DSC04499

Dans la précipitation j’ai oublié de photographier le motif peint sur la feuille de papier sulfurisé au fond du moule, j’espère que vous me faites confiance, je n’ai pas peint ce motif directement sur le savon, j’ai utilisé la même méthode que la dernière fois.

DSC04497

Si le pied droit de la tour Eiffel a un peu bavé, c’est ma faute, j’ai été trop impatient, je voulais vérifier que le motif été bien transféré sur le savon, j’ai légèrement soulevé un coin du papier, d’où la bavure :-/

DSC04496

Je suis assez content de la finesse du trait (le savon ne mesure que 8 centimètres de coté). Il ne me reste plus qu’a reprendre mes pinceaux et à faire d’autres…

J’en profite pour remercier les bloggeurs qui ont gentiment parlé de ce savon : Karine, Franck, Swanee ainsi que tous les autres savonniers présents à la soirée « Beyond Soap »

.

Publicités

Savon illustré – Illustrated soap

Quand j’ai vu les savons de DragonJoli et de Mystic, j’ai eu comme un déclic, depuis je ne pense plus qu’à ça :

Il s’agit d’une feuille de scrapcooking pour décor culinaire au beurre de cacao péimprimé que l’on dépose au fond du moule, le motif reste décalqué sur le savon.

De fil en aiguille, s’il suffit de déposer du beurre de cacao sur du papier sulfurisé, cela apparait très faisable, j’ai donc réalisé ce décor :


[Draw made with cacao butter on a greaseproof paper]

Dire que ce fut facile serait assez loin de la vérité, j’ai vite abandonné la douille qui ne me permettait pas d’avoir la finesse de trait que j’espérais (on oublie facilement qu’un savon ne mesure que quelques centimètres).

J’ai donc sorti mes pinceaux de peinture à l’huile, mais la principale difficulté c’est que le beurre n’adhère pas au papier sulfurisé (c’est pour ça qu’on l’utilise pour faire du savon). Et donc il se forme à la surface du papier des gouttes qui ne sont pas facile à étaler. Il faut que le mélange beurre de cacao + poudre de cacao soit assez visqueux et pas trop liquide, bref il faut du temps.

Mais c’est surtout le contrôle de la température du beurre qui est le plus difficile, il faut bien chauffer pour qu’il fonde, mais une fois fondu il faut attendre longtemps pour obtenir la bonne consistance. Puis il faut travailler vite parce qu’il a tendance à figer instantanément. Pour ralentir la solidification du beurre, j’ai rajouté quelques cuillères à café d’huile de colza. Tout cela est encore très expérimental et je pense qu’il me faudra le refaire plusieurs fois pour maitriser le processus.

Alors qu’on pense que le plus dur est derrière nous, il reste encore à verser la pâte à savon dans le moule, comme je craignais que le motif ne se dissolve, j’ai attendu d’avoir une trace très épaisse (texture de la Danette) que j’ai déposé très délicatement avec une cuillère. Malgré toutes ces précautions, le motif s’est quand même un peu dissout, mais point positif, il n’y a pas de relief à la surface, le beurre de cacao s’est bien transformé en savon, donc normalement pas de problème de conservation. Dans le doute j’avais quand même rajouté quelques gouttes de vitamine E dans le beurre de cacao.

Je suis malgré tout assez content de cette première tentative, cela m’a fait penser aux développements photos en noir et blanc que j’ai eu l’occasion de réaliser. J’ai retrouvé cette émotion de voir apparaitre la photo sur le papier blanc. Donc vous pouvez compter sur moi, je referais d’autres savons illustrés, ce n’est que le début…

.

Inception Soap

Suis-je dans un rêve, suis-je en train de rêver que je rêve de savon ou suis-je dans un rêve où je rêve que je fais du savon, je ne sais pas…

Suite au concours de Kafee de réaliser un savon inspiré d’une série télé, je me suis dis pourquoi ne pas faire un savon inspiré d’un film, et pourquoi pas du film Inception de Christopher Nolan… Je suis donc parti sur l’idée des escaliers en illusion optique du type Escher que l’on voit dans le film…

 

Par contre là je reconnais que je me suis bien lâché, c’est parti dans tout les sens, dans du grand n’importe quoi et une fois de plus j’ai encore exagéré mais qu’est-ce que ça fait du bien…

 

Alors bien sur vous allez me dire à quoi çà sert puisque ces savons sont inutilisables.

Et bien je vous répondrais simplement : c’est de l’art (avec un petit « a » celui sans prétention) et ce n’est pas parce que tout objet d’art est par définition totalement inutile, qu’il n’en est pas pour autant absolument indispensable.

 

J’aime travailler cette matière, le savon en train de durcir, c’est un bonheur à sculpter au début ça colle, puis ça durcit doucement et finalement ça casse, il faut y aller doucement, sur plusieurs jours…

Je travaille avec des moules en carton, je passe plusieurs heures à fabriquer un moule qui ne pourra servir qu’une fois, cela peut paraitre paradoxal mais je trouve que cela donne toute sa valeur à ce savon pour le coup unique.

Pour finir voici un lien vers une vidéo surprenante d’une installation basé sur une illusion d’optique d’un escalier de Escher : ici

Ah oui… j’oubliai un petit dernier pour la route… et oui tout ceci n’était qu’un rêve…

.

Où trouver un savonnier SAF ?

A l’occasion du 1er mai, la journée mondiale du savon home made,
voici une carte des savonniers SAF que j’ai pu repérer sur le Net.
Cliquez sur ici pour afficher cette carte en grand et en plus lisible

 

Légende : Savonnier SAF Distributeur Formation et conseil

 

Si vous voulez intégrer cette carte dans votre blog copier-coller le texte ici. Si vous êtes un savonnier et que vous voulez apparaitre sur cette carte ou si vous ne souhaitez plus y figurer, merci de me le faire savoir via l’onglet contact. Je n’y ai pas fait figurer les adresses complètes et les numéros de téléphone pour ne pas avoir l’air trop intrusif, cependant si vous souhaitez rajouter d’autres informations, je peux compléter votre fiche sur demande.

 

Je suis sûr qu’il existe des tas d’autres savonniers que je n’ai pas réussi à débusquer, si vous en connaissez n’hésitez pas à me les indiquer, le seul critère pour y figurer étant de saponifier à froid. Allez je repars à la pêche…

Les mystères de la phase de gel

Dans le processus de saponification, la phase de gel est le moment où le coeur du savon prend un couleur très foncé, presque translucide. Elle intervient quelques heures après le début de la solidification quand le savon chauffe gentiment en durcissant.C’est la partie « magique » de la saponification parce qu’il est possible d’observer le déroulement de la réaction chimique. Quand j’ai commencé à faire des savons, il était conseillé de bien couvrir son moule avec un isolant thermique pour favoriser cette phase de gel. Le lendemain la tache aura disparu et le savon pourra être découpé.
15gel
Crédit Photo : www.aromanature.com

J’ai découvert plus tard que la phase de gel n’était pas indispensable et même que l’on pouvait l’éviter essentiellement pour l’esthétique générale du savon. En effet il peut arriver que la phase de gel provoque des marques de couleur sur le savon… alors que faire ?

C’est Bazoo [via Kafee] qui nous apporte la réponse, l’on peut très bien se passer de la phase de gel, la réaction de saponification se fera dans tout les cas, du moment que l’on coule le savon dans son moule avec une trace épaisse.

Si vous souhaitez éviter la phase de gel, le contrôle de la température est donc essentiel, lors de la préparation (mélange eau-soude et huile inférieur à 50°C, personnellement je remplace 50% de l’eau par de la glace) mais également lors de la solidification, il ne faut pas couvrir le moule, le placer dans un endroit aéré, certaines savonnières n’hésitent pas à mettre leur moule directement dans le frigo.

Il est vrai que certains savons chauffent plus que d’autres (notamment ceux au miel ou au lait). J’ai moi même fait l’expérience de réaction de type « volcan » avec le savon qui déborde partout, nous avons donc toutes les raisons de maintenir la température la plus basse possible… Finalement favoriser ou pas la phase de gel est vraiment un choix personnel.

N’hésitez pas à me laisser votre avis dans les commentaires sur cette épineuse question…